Au fil de notre inspiration et de nos découvertes, nous publions des notes sur Twitter. Sitôt publiées, sitôt oubliées ? Est-ce le lot de la communication sur les médias sociaux ?

Au lieu d’essayer d’apporter une réponse théorique à ces questions, nous faisons une expérience dans ce billet : nous nous penchons à nouveau sur une semaine de tweets, pour essayer de tisser le fil conducteur de nos pensées, au-delà de la fugacité inhérente à ce média.

Cette semaine : du pouvoir des mots à l’ère des médias sociaux et des NTIC

L’écriture est l’outil de la pensée. C’est un outil puissant, qu’il faut apprendre à utiliser. Mais pour que les mots soient les outils d’une communication de qualité, il est nécessaire d’utiliser leur potentiel avec créativité et discernement.

L’exercice est d’autant plus délicat qu’il se fait dans un environnement de plus en plus transformé par les nouveaux médias. Aujourd’hui, le défi est d’écrire avec concision. Twitter en est une parfaite illustration. Cent quarante caractères c’est peu. Mais c’est bien assez pour attiser l’esprit. Toutefois, le phénomène ne se résume pas à Twitter : plus généralement, l’impact des réseaux sociaux sur la communication et les médias est de plus en plus grandissant.

L’art de l’écriture est aussi bouleversé par les nouvelles technologies. A l’heure où les livres électroniques conquièrent le monde de l’édition, le livre papier est-il en danger ?

Au fond, qu’importe le support, le pouvoir de l’écrit demeure : la magie des mots, c’est qu’ils peuvent se métamorphoser en images.