Le Web sémantique est-il un pur débat d’informaticiens ? En quoi suis-je concerné, en tant que responsable marketing ou chef de projet éditorial ? La table ronde organisée par l’EBG (@ebg) le 19 juin 2014 sur le thème « Le search de demain : sémantique, recherche vocale et conversationnelle » a permis de répondre à ces questions.

Le Web sémantique

Le Web sémantique

L’événement, animé par Yann Sauvageon (@yahn), Directeur de l’Expertise chez Synodiance, réunissait :

  • Daphné Garcin (@DaphneGarcin), Senior SEM Specialist chez EXPEDIA ;
  • Emmanuel Alix (@emmanuelalix), Directeur Marketing et Projets pour L’Equipe.fr ;
  • Nicolas Desgranges, Responsable e-business & search activities chez Orange ;
  • Fabien Poulard (@grdscarabe), fondateur de Dictanova, société spécialisée dans traitement informatique des « données non structurées ».

Il a permis notamment de comprendre que l’émergence du Web sémantique allait entraîner d’importantes conséquences pour les producteurs et diffuseurs de contenus sur le Web.

Les objets connectés, déclencheurs de l’explosion du Web sémantique

L’expression « Web sémantique » aurait été introduite par Tim Berners-Lee dès 2001. « TBL » (l’inventeur du Web)  définit le Web sémantique comme « un Web de données qui peuvent être traitées directement et indirectement par des machines pour aider leurs utilisateurs à créer de nouvelles connaissances ». Le concept n’est donc pas nouveau. Mais c’est l’émergence des objets connectés qui risque d’être le déclencheur qui lui manquait pour réellement exploser. Nicolas Desgranges, l’explique en ces termes :

« On a connu une révolution avec le mobile ; je pense qu’on vit la deuxième révolution du search avec les objets connectés. Aujourd’hui, il est impossible, sur une montre ou une paire de lunettes connectée, d’avoir un clavier, et donc de poser une question avec des mots clés. On rentre donc dans le search conversationnel, reposant sur deux couches principales : la reconnaissance vocale et une analyse sémantique. »

La réponse directe, nouveau Graal des moteurs de recherche

Lorsqu’un utilisateur interroge un moteur de recherche sur une montre ou une paire de lunettes connectée, il ne peut pas se satisfaire que le moteur lui renvoie une liste de résultats, comme sur un PC. Sur un petit écran, en situation de mobilité, ce qu’il attend, c’est une et une seule réponse, directe, à sa question posée. Par exemple, s’il dicte à son appareil : « à quelle heure ouvre le bureau de poste ? », il veut que le moteur lui retourne directement un horaire.

Pour y parvenir, les moteurs de recherche disposent de plusieurs stratégies. L’une d’entre elles consiste à identifier, dans un texte Web, les relations de type « SUJET + PREDICAT + OBJET », qui sont l’équivalent des structures « SUJET + VERBE + COMPLEMENT » bien connues en grammaire.

A partir de là, un contenu Web peut être traduit en un graphe de connaissance (knowledge graph), qui permettra aux moteurs d’apporter des réponses directes à des questions posées.

Conséquences pour les producteurs de contenus

Cette mutation de la recherche vers la production de réponses directes sur des objets connectés impose aux producteurs de contenus de repenser la manière dont ils écrivent. Dans ce nouveau paradigme, les formulations trop complexes ou imagées sont à éviter. Le contenu doit être conçu comme une réponse à une question. Fabien Poulard conseille donc de concevoir la publication de contenus en réfléchissant au préalable à des « patrons de questions » : quelles sont les questions que mes visiteurs sont susceptibles de se poser à propos de mon contenu ?

Il importe également de faciliter la tâche aux moteurs de recherche en ajoutant aux balises HTML des renseignements sur les relations « SUJET+VERBE+PREDICAT » à l’aide de microformats ou de vocabulaires normalisés de type Schema.org.

Voici par exemple comment décrire le concert d’un groupe qui s’appellerait Spinal Tap et qui aurait lieu le 8 mai 2015 :

<div itemscope itemtype="http://schema.org/Event">
<div itemprop="name">Spinal Tap</div>
<span itemprop="description">One of the loudest bands ever reunites for an unforgettable two-day show.</span>
Event date:
<time itemprop="startDate" datetime="2015-05-08T19:30">May 8, 7:30pm</time>
</div>

Ce type de description aidera un moteur de recherche à apporter une réponse directe à une question du type : « Quand a lieu le prochain concert de Spinal Tap ? »

Conclusion : une nouvelle dimension pour le marketing de contenu

La révolution du Web sémantique et des objets connectés ajoute un niveau de complexité supplémentaire à la tâche des producteurs de contenus Web. Non seulement ceux-ci doivent réaliser des contenus en phase avec le territoire de la marque, ciblés de manière à atteindre les publics visés, mais ils doivent aussi tenir compte du contexte dans lequel ces contenus seront consultés. Les contenus doivent donc être pensés différemment selon qu’on y accédera depuis son ordinateur, une tablette, un téléphone, ou un objet connecté à petit écran. La prise en compte de cette nouvelle dimension va demander une étroite coopération entre les rédacteurs Web, les spécialistes SEO et les intégrateurs Web, et probablement l’acquisition de nouvelles compétences par tous ces professionnels.

Pour en savoir plus :

La vidéo et le compte rendu de la table ronde (réservés aux membres de l’EBG)

La présentation Slideshare de la conférence