Les pièges à éviter quand on rédige un livre blanc

Cactus (CC) par Shai Barzilay

Après un premier article écrit par Smartwords sur les trois conseils pratiques pour rédiger des livres blancs, Visionarymarketing complète la vision au travers des 5 pièges à éviter. On retiendra en particulier la distinction fondamentale entre livre blanc et plaquette.

Trop souvent, le lecteur ayant téléchargé un « livre blanc » est déçu car il n’y trouve qu’un discours aux louanges de la marque et de ses produits. On ne le rappellera jamais assez : le rôle du livre blanc est de conforter la légitimité de la marque sur un sujet donné ; il ne cherche pas directement à vendre. C’est avant tout un outil relationnel : la description des offres de la marque peut intervenir, mais idéalement sous la forme de témoignages clients, d’illustrations, et en tout cas de manière visuellement bien distincte du rédactionnel principal, qui se doit d’être le plus neutre et informatif possible.

Découvrez la totalité de l’article sur le blog de Yann Gourvennec.