Les déclarations se suivent et se ressemblent, dans l’univers de la publicité en ligne. Après les agences, par la voix de l’IAB (Interactive Advertising Bureau), en octobre, c’est au tour des annonceurs de reconnaître que quelque chose ne fonctionne pas. Le directeur général de la WFA (World Federation of Advertisers) vient ainsi de déclarer qu’il convient de «permettre aux consommateurs d’afficher clairement leurs préférences quant à la publicité qu’ils sont prêts à voir».

Le hic, c’est que ni l’IAB, ni la WFA n’apportent de solutions concrètes. Et pendant ce temps, les bloqueurs de publicité continuent de marquer des points. En témoigne le cas de Critéo, qui vient d’accepter de passer à la caisse pour être inscrit sur la liste blanche d’AdBlock Plus.

Ces déclarations marquent tout de même un progrès, en mettant en avant l’intérêt des consommateurs. Cette approche est bien plus positive que celle consistant à punir les internautes utilisant des bloqueurs de publicité en leur interdisant l’accès aux contenus, comme l’a fait Axel Springer sur le site de son tabloïde Bild.

Le marketing par le contenu permet aux marques d’éviter ces écueils, en intéressant les consommateurs par des informations sur leurs centres d’intérêt, au lieu de tenir un discours nombriliste. N’hésitez pas à nous contacter pour initier la démarche.

Crédit photo CC BY NC byronv2