Alors que je termine la mission que j’ai menée en Chine dans le cadre du projet Frogans, je souhaitais revenir sur le rôle joué par Wechat dans la vie quotidienne des Chinois. J’avais déjà abordé ce sujet sous le prisme de l’intervention d’un chercheur en science de l’information. Ici, je voudrais revenir de manière plus concrète sur l’utilisation de cette « super-app ».

Samedi dernier, en attendant mon film dans un multiplex à Pékin, j’ai tourné cette petite vidéo de démonstration, particulièrement éclairante sur un exemple d’usage pratique de Wechat (l’environnement est assez bruyant…vous voici dans l’ambiance !).

Qu’y voit-on ?

QR code et m-paiement omniprésents

Un jeune couple se promène dans la rue et repère un film intéressant sur une affiche. Avec son smartphone, le jeune homme scanne le QR code de l’affiche pour accéder à des informations sur le film et voir où on le joue. Il choisit une salle et réserve directement deux places. Il choisit des places dans le milieu de la salle, et paye directement grâce au solde de son porte-monnaie électronique.

Une fois arrivés au cinéma, la jeune femme scanne un autre QR code (je crois que c’est pour accéder au Wifi gratuit proposé par le multiplex). Au stand des friandises, le paiement du popcorn se fait là-encore par smartphone, la vendeuse scannant un QR code affiché sur le mobile du jeune homme pour valider la transaction.

Par la suite, on découvre une autre utilisation du smartphone : d’après ce que je comprends, en l’agitant à côté d’un kakemono, la jeune femme débloque des points qu’elle peut ensuite utiliser pour différents jeux. Une technologie de type iBeacon est peut-être ici à l’oeuvre.

Mais voici que la jeune femme reçoit une alerte sur son smartphone : la séance est sur le point de commencer. Le couple se rend alors vers la salle, scanne le QR code faisant office de billet et s’installe aux places choisies.

Wechat, le couteau suisse de l’Internet mobile chinois

Cette vidéo est une reconstitution mais je l’ai trouvée intéressante parce qu’elle reflète assez fidèlement ce que j’ai pu constater en Chine. Dans la pratique, toutes les actions que l’on voit réalisées dans la vidéo (prise d’information sur le film, réservation de billets, achats, alertes, jeux) sont généralement réalisées à l’intérieur d’une seule et même application : Wechat.

Ce qui me frappe, c’est que les technologies mises en oeuvre (QR codes, porte-monnaie électronique, Beacon ou NFC) sont disponibles en France, mais qu’elles sont bien moins utilisées. Et surtout, elles sont beaucoup moins intégrées.

Ce que les grands médias sociaux occidentaux réussissent de plus en plus à faire, notamment Facebook, c’est à garder l’internaute captif de leur plate-forme pour la consultation de contenus. Google réussit, quant à lui, à garder l’internaute captif de ses services en ligne (Gmail, Agenda, Google Apps, Google Maps). Mais Wechat va beaucoup plus loin en permettant à l’utilisateur d’effectuer une foule d’actions dans sa vie quotidienne, dans le monde physique, sans quitter son écosystème.

On ne peut donc plus se contenter de dire que les acteurs de l’Internet chinois ont simplement copié les grandes firmes Internet occidentales et ont pu se développer parce que les services de ces firmes sont, souvent, bloqués en Chine (que l’on pense à Google, Facebook ou Twitter, par exemple). Wechat a apporté une innovation de rupture en « capturant » l’internaute dans son écosystème pour des actions utiles dans la vie quotidienne et le monde physique.

Il est sans doute temps pour les géants occidentaux de s’inspirer à leur tour de ce qui se passe en Chine dans le domaine de l’Internet…

Pour aller plus loin, vous pouvez également consulter cette vidéo du New York Times, sur le même sujet.